Et il me mangea, par la compagnie Vélo Théâtre, dossier professionnel.

« ET IL ME MANGEA »

L’histoire c’est la maison. Cette maison fragile, souvent provisoire, qui nous protège, devient le théâtre de nos peurs. La maison c’est l’histoire.

Il était une fois une vaste forêt de sapins noirs…

Comme une lame que l’on aiguise, cette histoire sera résolument criminelle. Le loup, rôdeur sanguinaire et amoureux fou passionné, emplit l’espace de son souffle haletant et de sa poitrine sortent ses cris déchirants.

Expression d’une peur saine et visible qu’il revendique, le loup est fier de sa généalogie. Pour qu’il existe, il nous supplie de continuer à raconter ses histoires.

« Qui était elle, quel était son nom ? ».
Elle est là. Si frêle, si douce, avec sa voix d’enfant fragile et son tendre corps de grand-mère, égrenant ses souvenirs tel un petit chaperon rouge qui aurait vieilli.

Mais qui a mangé qui alors ?

Dans cette maison, qui la protège, aux odeurs de galette se mêle celle de la peur. Le lapin lui veille, passant d’un monde à l’autre, accédant à des portes interdites, il épie, il manipule…
Cela pourrait être un conte comme vous pensez en connaître, mais savez-vous vraiment ce qu’il s’est passé?…

À savourer comme un livre d’illustration, un théâtre d’images et d’émotions.

—–

Création : Compagnie Vélo Théâtre
Mise en Scène : Francesca Bettini
Contient plan de feux, implantation des décors.

Tout Public


Et il me mangea, par la compagnie Vélo Théâtre, dossier professionnel.


Présentation

Auteur(s) : Vélo Théâtre [texte]

Lieu de conservation : Vélo Théâtre

Date de création : 2010

Dates : 14 avril 2011

Période : 21e siècle - 1er quart

Localisation : Apt (France)

Nature du document : document numérique natif

Dimensions : 21 x 29,7 cm

Pages : 9 p.

Type(s) de marionnette(s) utilisé(s) : "ET IL ME MANGEA" L'histoire c'est la maison. Cette maison fragile, accédant à des portes interdites, aux odeurs de galette se mêle celle de la peur. Le lapin lui veille, avec sa voix d'enfant fragile et son tendre corps de grand-mère, cette histoire sera résolument criminelle. Le loup, devient le théâtre de nos peurs. La maison c'est l'histoire. Il était une fois une vaste forêt de sapins noirs... Comme une lame que l'on aiguise, égrenant ses souvenirs tel un petit chaperon rouge qui aurait vieilli. Mais qui a mangé qui alors ? Dans cette maison, emplit l'espace de son souffle haletant et de sa poitrine sortent ses cris déchirants. Expression d'une peur saine et visible qu'il revendique, il épie, il manipule... Cela pourrait être un conte comme vous pensez en connaître, il nous supplie de continuer à raconter ses histoires. "Qui était elle, implantation des décors. Tout Public, le loup est fier de sa généalogie. Pour qu'il existe, mais savez-vous vraiment ce qu'il s'est passé?... À savourer comme un livre d'illustration, passant d'un monde à l'autre, quel était son nom ?". Elle est là. Si frêle, qui la protège, qui nous protège, rôdeur sanguinaire et amoureux fou passionné, si douce, souvent provisoire, un théâtre d'images et d'émotions. ----- Création : Compagnie Vélo Théâtre Mise en Scène : Francesca Bettini Contient plan de feux

En savoir plus

Voir aussi (événements) : Et il me mangea, par la compagnie Vélo Théâtre

Voir aussi (identités) : Compagnie Vélo Théâtre

Références

Identifiant du document original : VEL_DN0004

Mode d'acquisition : production interne

Copyright : © Vélo Théâtre

Contact Copyright : velos[a]velotheatre.com

Référence notice : PAM-DOCUM-004284

Mise à jour : 16/12/2016


Signalez une erreur ou proposez un complément d'information.

vel_dn0004