Bouffou Théâtre à la coque

Compagnie de théâtre de marionnettes et lieu de compagnonnage marionnette créés par Serge Boulier.

Biographie

La compagnie Bouffou Théâtre a été créée par Serge Boulier en 1986, en Loire Atlantique. Bouf-fou parce que Bou-lier et fou pour le côté décalé que l'on peut donner à la marionnette. Et puis, Bouffon, Bouffou, une lettre inversée...
Pendant les premières années, Serge Boulier écrit, construit, joue, etc. Plusieurs spectacles ont été créés tels que Fruit de la passion (1986), Le chant du ménestrel (1989), Polar Porc (1990), Le cirque confetti (1991) et Rendez-vous sur la dune (1993) avec la collaboration de Patrick Conan.
En 1992, la rencontre entre Serge Boulier et Alain de Filippis va ajouter une dimension sonore particulière aux spectacles qui seront dès lors créés. C'est le cas pour Bynocchio de Mergerac (1994), Sous les pavés le téléphone (1995), Têtes d'Affriches (1996), Scapin a la fortune du pot (1998), l'exposition Petites musiques de bruits (1999) ou encore Les coureurs ont du coeur (1999), en collaboration avec Julien Mellano.
À la fin des années 90, la compagnie déménage à Hennebont dans le Morbihan. Tout en faisant germer l'idée d'acquérir son propre lieu, elle continue de créer : Kitch Club (2000), Vache à plumes (et autres poules à pis) (2000), Mauvaise Herbe (2001) ou encore Cinémagique ou l'invention du rêve (2003).
Après un travail de réhabilitation de l'ancien cinéma, elle ouvre en 2003 les portes du Théâtre à la Coque. Espace de travail artistique et administratif de la compagnie Bouffou Théâtre, le Théâtre à la Coque est également un espace de partage de plateau avec d'autres artistes marionnettistes. Des compagnies de marionnette et formes animées sont accueillies en résidence, afin qu'elles puissent créer dans un espace adapté aux spécificités artistiques de la marionnette. Ce travail est aujourd'hui reconnu par le Ministère de la Culture qui a missionné Bouffou Théâtre à la Coque au titre du Compagnonnage Marionnette. Ainsi, Les frères Pablof, Frédéric Bargy et Katia Belalimat ont bénéficié de ce dispositif depuis sa mise en place en 2007 pour mener à bien leurs projets.
Le lieu a été conçu comme une vraie salle de spectacle pensée pour les arts de la marionnette, avec :
- Un gradin rétractable et modulable de 80 places ;
- Un espace scénique techniquement équipé avec un rapport scène-salle qui répond aux exigences de la marionnette ;
- Un atelier de fabrication à proximité du plateau ;
- Une loge ;
- Un lieu de vie et des bureaux.
Mais alors « Pourquoi théâtre à la coque ? ».
« D'une part, parce que, on est au bord de la mer, c'est la coque des bateaux, d'autre part parce que la création c'est comme un oeuf à la coque : on ne sait que quand on casse la coquille, ce qu'il y'a véritablement à l'intérieur, "c'est la surprise". »
C'est également en 2003 que la compagnie lance le temps fort jeune public Les Salles Mômes en partenariat avec le service culturel de la Ville d'Hennebont dans une optique de faire découvrir le monde de la marionnette au plus grand nombre, tout en s'ouvrant aux autres disciplines du spectacle vivant (danse, théâtre, musique, etc.). Elle co-organise encore actuellement ce festival avec le T.R.I.O...S (Villes d'Hennebont et d'Inzinzac-Lochrist) qui a lieu tous les ans au mois d'octobre.
Forte de cette expérience, la compagnie a souhaité proposer un autre temps fort en direction d'un public spécifiquement adulte et présentant essentiellement des spectacles de marionnette. Elle a donc lancé le festival En avril fais ce qu'il te plait en 2004. Une deuxième édition de ce festival a eu lieu en 2005.
La compagnie a, depuis l'ouverture du Théâtre à la coque, créé trois spectacles : Le Manteau (2006), La Mer en pointillés (2007) pour lequel elle a reçu le Molière du spectacle Jeune Public et Nomade si j'veux ! (2011).
Attaché à la notion de répertoire, la compagnie repart régulièrement en tournée avec certains « vieux » spectacles (comme Bynocchio de Mergerac, Polarc Porc, Vache à plumes (et autres poules à pis), etc.).
Depuis sa création et à travers l'ensemble de ses projets, la compagnie Bouffou Théâtre s'attache à défendre un certain nombre d'idées :
- un engagement fort en faveur de la reconnaissance des arts de la marionnette ;
- le décloisonnement des publics à travers la création de spectacles aussi bien pour les enfants, que pour les parents ou « pépé et mémé, les cousins, les cousines » ;
- une dimension esthétique forte et un attachement à l'artisanat à travers l'exploration de différentes matières (le bois pour Bynnochio de Mergerac, le fil de fer pour La Mer en pointillés, le papier pour Nomade si j'veux !, etc.) ;
- une volonté de transmettre et de permettre aux jeunes comédiens de « se frotter à la réalité du métier ». Ainsi, de jeunes pousses tels que Julien Mellano, Denis Athimon, Cédric Hingouët ou encore Frédéric Bargy ont fait leurs gammes d'apprentis marionnettistes au sein de la compagnie.

Images

Audiovisuels

Textes