Tarzan in the garden ou la grande question, par la compagnie Ches Panses Vertes

Jean-Marc Chamblay, plasticien, et Sylvie Baillon. Elle a découvert son travail en 2000 et lui a depuis confié la scénographie du spectacle Drames Brefs 2 et la scénographie et la construction des marionnettes de Coâ encore ! . La pièce s’inspire en effet de l’univers créé par Jean-Marc Chamblay autour d’un personnage mi animal, mi végétal, sorti tout droit se son imagination : le Sylvestre. Sylvie Baillon a souhaité se mettre au service de ce personnage et de son monde, de l’utopie qu’il inspire. Quand Jean-Marc Chamblay raconte ces trouvailles, ces inventions, il est au bord du théâtre. Et ses personnages, les Sylvestres sont au bord des marionnettes.
Il s’agissait de mettre en forme ce monde, sous forme de conférence théâtrale avec un monde musical, confié à Karine Dumont mais aussi une véritable écriture, commandée à Jean Cagnard, auteur travaillant dans ses écrits le discours (pseudo) scientifique et la naissance. Le texte a été écrit après trois jours de résidence chez Jean-Marc Chamblay. De l’atelier du plasticien sont sorties les marionnettes et la scénographie, constituée de sculptures et boîtes déjà existantes, trouvées chez l’artiste plasticien.
A la frontière entre théâtre et installation, un spécialiste du Sylvestre nous dévoile tous ses secrets et curiosités au cours d’une conférence marionnettique insolite et loufoque. Les Sylvestres, c’est tout un monde. Ils nous révèlent les mystères de notre propre conscience et nous font revenir à notre capacité d’enfance : celle qui consiste à se raconter des histoires….

 » Le Sylvestre, issu de toutes les grandes forêts communales qui se respectent, qu’elles s’érigent continentalement ou tropicalement, est une créature attachante. Entre végétal et animal, à la fois aussi simple qu’une herbe et peut-être beaucoup plus savant que nous le supposons, le Sylvestre semble posséder le pouvoir naturel d’interférer dans la vie humaine, bien qu’il possède son propre mode de vie autonome.
Petit crâne bien rempli, gros yeux bien concentriques, oreilles hélicoptères, sexe qui pense, squelette qui branche, agitation de singe, réflexion du caïman, petit concentré à lui seul de héros ordinaire et presque malgré lui.
Grâce à une spontanéité partiellement anthropomorphique (SPA), le Sylvestre est en effet invité – aspiré en quelque sorte – à se mêler aux moeurs prépondérantes de l’humanité : études, sexualité, guerres etc….Si on ne le rencontre jamais (voir photos), c’est que le Sylvestre possède une maîtrise parfaite du camouflage (voir photos). Par un curieux effet de réfléchissement, il parvient en effet à apparaître plus facilement dans l’imagination (voir photos) que devant nos yeux (voir photos). Bravo. » Extrait du texte de Jean Cagnard

Tarzan in the garden ou la grande question, par la compagnie Ches Panses Vertes


Présentation

Date de création : 2008

Dates : créé le 26/05/2008

Période : 21e siècle - 1er quart

Type : spectacle

Localisation : France

Type(s) de marionnette(s) utilisé(s) : marionnette à prise directe

Mots clefs : écriture contemporaine, naissance, solo

Exploitation

Tournée en région Picardie ; Tournée nationale ; Festival Off d'Avignon 2009 (Présence Pasteur) ; Lituanie ; Festival MARTO 2010

Organisateur : Compagnie Ches Panses Vertes

Fabrication : CHAMBLAY, Jean-Marc

Mise en scène : BAILLON, Sylvie

Musique : DUMONT, Karine

Interprètes : GOULOUZELLE, Eric

Public : Tout public à partir de 11 ans

Langue : français

En savoir plus

Voir aussi (événements) : Drames brefs 2, Coâ encore !

Voir aussi (identités) : Compagnie Ches Panses Vertes, Sylvie BAILLON, Éric GOULOUZELLE, Jean-Marc CHAMBLAY, Le Sylvestre

Références

Référence notice : Tarzan in the garden ou la grande question (Cie Ches Panses Vertes)

Mise à jour : 30/03/2012


Signalez une erreur ou proposez un complément d'information.

Images

Textes