Sunjata, l’épopée Mandingue, par la compagnie Amoros et Augustin

Résumé : Narre Fa Naghan, roi Malinké, appartenant au groupe ethnique des Mandingue, prend pour femme Sogolon, princesse laide et bossue, à laquelle un oracle avait prédit qu’elle donnerait le jour au plus grand roi de la terre. Pourtant, lorsque Sogolon mit au monde un fils nommé Sunjata, celui-ci est paralysé des deux jambes. Il recouvre miraculeusement l’usage de ses membres à neuf ans et acquiert une grande habileté tant dans l’art de la chasse que dans celui de la sorcellerie. Exilé par son frère jaloux, il ne tarde pas à être rappelé par ses compatriotes et, après avoir défait son ennemi, Soumangourou, à la bataille de Kirina, devient le nouveau roi du Mali.

Commentaire : Sunjata est certainement le héros épique le plus populaire de tout le continent africain. L’épopée à laquelle il a donné son nom trouve son origine dans l’histoire du Mali qui connut, de l’époque médiévale jusqu’aux temps modernes, une période de grande richesse.
La compagnie Amoros et Augustin a demandé à Werewere Liking, écrivain camerounaise vivant en Côté d’Ivoire, d’adapter pour le théâtre d’ombres ce célèbre mythe mandingue. Son texte est exclusivement chanté ou scandé.
Cette collaboration répondait aux désirs de Luc Amoros et Michèle Augustin de présenter une vision authentiquement africaine de l’épopée et d’affirmer « l’universalité d’un langage théâtral qui, s’il puise aux sources les plus anciennes de la théâtralité, n’en est pas moins porteur d’une parole d’aujourd’hui ».
Ce qui attirait la compagnie dans cette histoire, c’est la dimension sacré que revêt encore aujourd’hui le théâtre en Afrique. Si le continent africain n’a pas de tradition de théâtre d’ombres, cette relation au rituel rapproche le théâtre africain des traditions asiatiques où le théâtre d’ombres trouve ses origines. Car pour Luc Amoros, « si le théâtre d’ombres moderne veut exister, conserver et développer sa puissance d’évocation, il ne peut complètement se départir de sa charge mystique ».
Dans l’épopée traditionnelle de l’Afrique de l’Ouest, c’est la musique qui forme la trame de la narration. C’est dans ce souci que Richard Harmelle a signé cette cinquième collaboration avec la compagnie, en tant que compositeur et interprète sur scène. Il a associé à ses recherches les musiciens du KI-YI M’Bock.

Sunjata, l’épopée Mandingue, par la compagnie Amoros et Augustin


Présentation

Date de création : 1989

Dates : créé en 1989

Période : 20e siècle - 4e quart

Type : spectacle

Localisation : France

Type(s) de marionnette(s) utilisé(s) : théâtre d'ombre(s)

Mots clefs : chanson, conte, écriture contemporaine, Mali, musique

Exploitation

Organisateur : Cie Amoros et Augustin

Fabrication : AMOROS, Luc

Mise en scène : AMOROS, Luc

Musique : HARMELLE, François

Interprètes : NJOK, Nserel [jeu, danse, chant] ; MAMADOU, Bomou [jeu, danse, chant] ; GODE, Lobognom [percussions] ; GNGHORE, Bony [percussions ; AUGUSTIN, Michèle [jeu et direction de la manipulation] ; HARMELLE, François [musique]

Public : Tous public

Voir aussi (identités) : Compagnie Amoros et Augustin, Luc AMOROS, Michèle AUGUSTIN, Werewere LIKING

Références

Référence notice : Sunjata, l'épopée Mandingue (Cie Amoros et Augustin)

Mise à jour : 13/12/2011


Signalez une erreur ou proposez un complément d'information.

Images

Audiovisuels