Samain, opéra pour bande, chanteurs, percussions et marionnettes

L’action se situe à notre époque, dans une forêt. Elle se passe en une nuit, du crépuscule à l’aube. Comme l’indique le titre, c’est Samain, le premier novembre, fête celtique importante. Cette nuit là les portes sont ouvertes entre l’Autre Monde et ici-là. Ça va, ça vient en tous sens. Les enchantés sont invisibles aux yeux de l’ici là. Mais ceux de l’Entre-deux, encore attachés au monde terrestre, apparaissent.
L’histoire est celle d’un deuil : Julien et sa soeur n’ont pas pu se dire adieu. Depuis, elle, Vévi la Blanche, erre tel un fantôme non apaisé, prisonnière des choses terrestres. Depuis, lui, attend, refusant de prendre la vie à bras le corps. Le soir de Samain, les enchantés sont en préparation de la fête. Ils installent arbres, nuages, lac. Tout d’un coup surgissent deux petits personnages humains : Julien , un adolescent, et son père, chasseur. Laïlok, un enchanté, n’aime pas la chasse et fait pousser une racine pour que le père se blesse. Julien part à la recherche de secours…en ce soir de Samain, il va rencontrer Vévi…
Commande du festival de Saint-Riquier à la compagnie Ches Panses Vertes, cet opéra est le fruit d’allers et venues constants entre le livret, la musique et la mise en scène. Catherine Zambon, librettiste, Etienne Saur, musicien et Sylvie Baillon, metteur en scène ont en effet travaillé de concert dans la création du spectacle, relevant le défi de trouver le juste équilibre entre la musique, le texte et l’image. Pour Sylvie Baillon, la musique étant déjà tellement imagée, il fallait prendre garde à limiter le nombre de signes pour appuyer l’image donnée par le son. Les enchantés, personnages de l’autre monde sont incarnés par les chanteurs, joyeux bouffons. Les personnages de l’entre deux sont des personnages marionnettiques hybrides ; entre la marionnette et le corps humain, les manipulateurs étant proche des marionnettes et visible. Vévi est notamment le double de sa manipulatrice. Les personnages de l’ici là, les humains sont de petites marionnettes de 35 centimètres manipulées par le bas, sans visibilité du manipulateur. Un travail sur les couleurs marque les trois mouvements de l’Opéra : le feu, l’eau, la terre.
Une petite forme de Samain, Samainuscule, a été créée en 2001 pour le jeune public.

Samain, opéra pour bande, chanteurs, percussions et marionnettes


Présentation

Date de création : 1999

Dates : créé le 21/07/1999

Période : 20e siècle - 4e quart

Type : spectacle

Localisation : France

Type(s) de marionnette(s) utilisé(s) : marionnette à gaine, marionnette à prise directe, marionnette à tige(s), marionnette habitable

Mots clefs : Bretagne, écriture contemporaine, fantastique, forêt, opéra

Exploitation

Spectacle créé le 21/07/1999 au festival de Saint-Riquier (France). 1999 : tournée nationale.

Organisateur : Compagnie Ches Panses Vertes

Fabrication : GOULOUZELLE, Eric

Mise en scène : BAILLON, Sylvie [mise en scène] ; CLERE, Emmanuel [assistanat mise en scène] ; BAUDON, Jean-pierre [répétition chants]

Musique : SAUR, Etienne

Interprètes : ANTONAKAKI, Katérini [jeu, manipulation] ; BAUDON, Cécile [chant] ; BAUDON, Jean-Pierre [percussions] ; CORBILLON, Marie-Dolorès [jeu, manipulation] ; MOREAU, Christine [chant] ; TELLIER, Frédéric [chant]

Public : tout public à partir de 6 ans

Langue : français

En savoir plus

Voir aussi (événements) : Samainuscule

Voir aussi (identités) : Compagnie Ches Panses Vertes, Sylvie BAILLON, Éric GOULOUZELLE, Georges BAILLON, Yvan LOMBARD, Etienne SAUR, Katerini ANTONAKAKI

Références

Référence notice : Samain (Cie Ches Panses Vertes)

Mise à jour : 30/03/2012


Signalez une erreur ou proposez un complément d'information.

Images

Audiovisuels

Textes