La bête à cinq doigts

Avec La bête à cinq doigts, la compagnie Ches Panses Vertes met en scène une oeuvre fantastique, celle de William Fryer Harvey. Le fantastique est récit d’une réalité dans laquelle le surnaturel intervient quand on ne s’y attend pas. Mais on n’est jamais sûr si les phénomènes décrits sont surnaturels ou réels. Le fantastique pose le problème du statut du réel. Contraire d’un monde familier, il représente un univers où plus rien ne peut être discriminé, univers d’absence de repères, d’absence de reconnaissance.
La compagnie choisit pour cette création le théâtre d’objets ; un choix qui caractérise l’évolution du travail de la compagnie dans sa volonté de donner une lecture de plus en plus précise des textes : aller vers une simplicité de moyens et s’éloigner de la marionnette « classique ».
Un homme, Eustace Borlsover, entre dans un bar désert. Il semble abasourdi : pour essayer de les comprendre, il essaie de mettre des repères et de (se) re-présenter les évènements extraordinaires auxquels il vient d’assister et dont il est peut être protagoniste. Pour ce faire, il utilise les objets qui l’entourent pour symboliser les protagonistes et « pose » les choses sur la table comme il nous arrive de le faire pour expliquer quelque chose à quelqu’un. Eric Goulouzelle, dans le rôle du conteur, anime ainsi tous les personnages du récit : un étui à lunettes se transforme en Eustace Borlsover, sceptique devant ces évènements inexplicables, un calepin devient le majordome de la maison, une serviette de bar la gouvernante… Homme d’esprit scientifique : il aime classer les choses, les discriminer les unes par rapport aux autres. Mais il a beau faire, il est des choses qui parfois échappent à l’entendement, à l’explication… La main, cette bête à cinq doigts, est ici le signe de la transgression de la réalité des personnages par ce qui ne peut être représenté : l’inconscient ou ce mystère dont parlent aujourd’hui certains scientifiques qui admettent – parfois – que tout ne peut être expliqué.

La bête à cinq doigts


Présentation

Date de création : 1989

Dates : 01/03/1989

Période : 20e siècle - 4e quart

Type : spectacle

Localisation : France

Type(s) de marionnette(s) utilisé(s) : main nue, théâtre d'objets

Mots clefs : adaptation, fantastique

Exploitation

Spectacle créé le 00/03/1989 à Maison du Théâtre d'Amiens de Amiens (France).1989-1991 : Festival Off d'Avignon 1989 [Théâtre du Bourg Neuf] ; Tournée nationale.

Organisateur : Compagnie Ches Panses Vertes

Fabrication : néant

Mise en scène : BAILLON, Sylvie

Musique : LETEVE, Sylvie

Interprètes : BAILLON, Georges ; GOULOUZELLE, Eric

Public : adulte

Langue : français

Voir aussi (identités) : Compagnie Ches Panses Vertes, Sylvie BAILLON, Georges BAILLON, Éric GOULOUZELLE

Références

Référence notice : La bête à cinq doigts (Compagnie Ches Panses Vertes)

Mise à jour : 21/07/2011


Signalez une erreur ou proposez un complément d'information.

Images

Textes