Emmanuel, par la compagnie [KWAT’TROKKI].

Résumé : Fausto, joué par Fabrizio Cenci, se trouve devant un grave problème : il vient de mourir, quelques minutes avant d’entrer en scène pour présenter son spectacle. Face à un public qu’il considère comme le jury de « l’examen dernier », il entreprend d’expliquer la pièce. Apparaît alors Marguerite, sa compagne et partenaire, interprétée par Sophie Desbordes, venue du passé pour l’aider à sauver son âme. Mais le public est déjà là, en avance, et Fausto et Marguerite ne sont pas prêts. Pour couronner le tout, un jeune skater énervé et directif, Emmanuel (Alexis Crusson), parasite leur organisation : toujours plus envahissant, il interpelle et dirige les comédiens. Désarçonnés par l’incessante présence et le culot du jeune homme, Fausto et Marguerite décident de l’intégrer au spectacle. Ils remontent alors le temps, discutant avec leur passé pour construire leur pièce.

Commentaire : Troisième volet d’une trilogie initiée avec le spectacle Georges, tentative d’épuiser la question de l’unité de lieu, Emmanuel se veut une réflexion ludique sur l’unité de temps. Sophie Desbordes et Fabrizio Cenci ont puisé la matière de leur spectacle dans une Dictionnaire chronologique universel et dans le quotidien semé d’embûches de leur jeune compagnie. Montrer la période de création, ce temps invisible que la lutte des intermittents du spectacle a pointé du doigt, voilà ce que souhaitait le tandem.
Pour mieux explorer la question du temps théâtral, ils télescopent les réalités, multiplient les voyages dans le temps, les mises en abyme, brouillent les repères du spectateur, placé comme témoin de la création d’une oeuvre, du temps et de la difficulté que ce travail nécessite. Leur réflexion est illustrée par la présence de calendriers, éphémérides et autres minuteurs, objets symboles de la manipulation du temps. Le spectateur découvre le cheminement des comédiens pour la création, mais aussi l’importance des lumières, de la musique, bref, la genèse d’un spectacle.
À la fin de la pièce, les comédiens sont prêts, tout est écrit, le rideau tombe. Hélas ! Il n’y a rien, les décors sont absents, les subventions ne sont qu’illusions. Car en insistant sur le temps de la création, les auteurs de la pièce tentent de montrer les difficultés du monde de l’innovation artistique, lorsque les problèmes financiers s’additionnent à la non-reconnaissance du travail en aval.

Emmanuel, par la compagnie [KWAT’TROKKI].


Présentation

Date de création : 2004

Dates : 01/01/2004

Période : 21e siècle - 1er quart

Type : spectacle

Type(s) de marionnette(s) utilisé(s) : image projetée, théâtre d'objets / objet manufacturé

Mots clefs : militantisme, mise en abyme, unité de temps

Exploitation

Ce spectacle a été conçu lors d'une résidence de la compagnie [KWAT'TROKKI] au Théâtre du Chaudron, organisée par le Théâtre de la Marionnette à Paris en 2004. Représentations organisées par le Théâtre de la Marionnette à Paris du 20 au 22 janvier 2004 et du 3 au 21 septembre 2004.

Organisateur : Kwat'Trokki

Mise en scène : DESBORDES, Sophie ; CENCI, Fabrizio

Interprètes : DESBORDES, Sophie ; CENCI, Fabrizio ; CRUSSON, Alexis

Public : Tous public

Voir aussi (identités) : Compagnie [KWAT’ TROKKI]

Références

Référence notice : Emmanuel (KWAT'TROKKI)

Mise à jour : 21/03/2014


Signalez une erreur ou proposez un complément d'information.

Images

Textes