Chaque jour qui passe est un morceau de carton qui ondule, par le Turak Théâtre.

Après sa trilogie shakespearienne, le Turak Théâtre inaugure un nouveau répertoire et revient à une forme plus intimiste, à rebours des « grosses machines » et spectacles lourds précédents. Ce spectacle imprévu et spontané, entièrement autoproduit, est né du désir de la compagnie de poursuivre l’aventure du « théâtre laboratoire » commencée en septembre 1996 autour du projet « Tempête ».
L’idée de départ était de travailler autour d’une contrainte simple : un comédien, une malle. La malle est bien sûr remplie d’objets détournés en tout genre mais cette fois sans décors, dans la volonté de revenir à un théâtre plus simple techniquement et à un rapport plus direct à la matière. Le spectacle est une mosaïque visuelle et sonore de courtes scènes (2 à 15 minutes), qui fonctionnent par rebonds successifs, comme des bribes de vies absurdes.

Chaque jour qui passe est un morceau de carton qui ondule, par le Turak Théâtre.


Présentation

Date de création : 1998

Dates : créé en 1998

Période : 20e siècle - 4e quart

Type : spectacle

Type(s) de marionnette(s) utilisé(s) : théâtre d'objets

Exploitation

Organisateur : Turak Théâtre

Voir aussi (identités) : Turak Théâtre, Michel LAUBU

Références

Référence notice : Chaque jour qui passe (Turak Théâtre)

Mise à jour : 03/04/2015


Signalez une erreur ou proposez un complément d'information.

Images