Castelets en jardins / Castelets d’hiver

La Disparition de Pline, créée en 1992 sur des textes du philosophe Clément Rosset et jouée en soliste par Émilie Valantin, attire largement l’attention de la presse et du monde culturel sur le travail impertinent du Théâtre du Fust. Ensuite, J’ai gêné et je gênerai, en 1994, révèle avec bonheur au public l’esprit satirique de l’écrivain russe Daniil Harms, maître de la forme courte. L’année d’après, non seulement le festival d’Avignon inscrit ce spectacle à son programme mais il coproduit une autre création de la compagnie. Émilie Valantin décide alors d’élargir l’audience de cette nouvelle production, de réactualiser la tradition presque éteinte des théâtres de marionnettes dans les jardins publics « afin de saluer la contribution efficace des marionnettes à la connaissance du théâtre et de la littérature dans les milieux populaires. ». Le succès entraîne une seconde invitation des Castelets en jardin pour la cinquantième édition du festival en 1996 et la tournée de cette oeuvre (intitulée Castelets d’hiver dans sa version en salle et dont le répertoire a été renouvelé à travers le temps) ne sera interrompue qu’en 2011.
Le spectacle est composé de séquences inspirées de textes littéraires – forme chère à l’artiste depuis ses débuts – allant de l’époque baroque à nos jours, avec l’idée de constituer un répertoire pour tout public à partir de sept ans. Le programme varie selon l’heure et le lieu ; avant chaque sketch, un numéro sur un écriteau permet aux spectateurs d’en situer l’auteur et la thématique sur un livret. Des ponctuations musicales sont interprétées en direct. Une sonorisation soutient les voix des acteurs que l’on aperçoit par instants vêtus de costumes rouges et noirs. Et les « castelets » en question sont des parallélépipèdes de bois rouge, reliés entre eux par des sangles rouges, qui offrent un bon nombre de configurations scénographiques en s’additionnant dans tous les sens.

Pour montrer l’espièglerie mais surtout la cruauté de l’existence humaine, Émilie Valantin utilise la marionnette à gaine dont elle loue la capacité à être « porteuse de verbe », tandis que ses comédiens-manipulateurs évoquent son énergie et son exigence d’humilité. Les personnages sont faits de kraft, de résine et de pâte à bois. D’étranges créatures à tête d’oeuf, aux yeux cernés, figuratives et difformes, hantent les méandres d’un monde sans pitié, que traversent aussi des diables rouges, des squelettes et de belles dames à la tête de mort. À juste titre, Émilie Valantin a pu déclarer avec humour à propos de cette réalisation : « C’est quand l’archétype flirte avec l’absurde que le dieu du théâtre revient ».
Séquences essentielles des Castelets en jardins ou Castelets d’hiver :
Créations de 1995
Pièce de coeur – Heiner Müller
Scène de déclaration, où il s’avère que le coeur offert est une brique.

Aujourd’hui je me marie – Daniil Harms
Koka Brianski étouffe sa mère après avoir vainement tenté de lui annoncer son mariage.

La Dispute – Daniil Harms
Kouklov se prend pour un prince et Bougadielnef, lui, veut l’éclabousser de soupe.

Une étude approfondie – Daniil Harms
Scène violente chez un médecin soviétique des années 30.

Conseils aux humoristes et autres miniatures – Daniil Harms
Conseils aux humoristes…

Le Petit tas – d’après Vladimir Maramzine
C’est toujours le même qui se fait écraser dans la cour d’école.

Un flair de chien – Mikhaïl Zotchenko
Qui n’avoue un larcin au chien policier qui flaire tout le monde ?

Le Prélat aquatique – Javier Tomeo
Une croisière tourne au tragique à cause du prélat aquatique.

Les Å’ufs du sommeil – Émilie Valantin
(Sans texte) Des hommes confient leur tête à un oiseau héraldique. Les malheurs s’ensuivent…

Bayard – anonyme
L’impassibilité du chevalier Bayard pose un problème inattendu lorsqu’il attrape le hoquet.

La Farce des bossus – Tabarin
Trostole, vieux bossu, ses trois frères bossus, sa jeune femme, Horace, l’amant de sa femme et Grattelard, porte-faix…

Polichinelle retiré du monde -Louis Edmond Duranty
Polichinelle, retiré dans son tonneau, fait le philosophe. Tous les autres personnages défilent pour le supplier de sortir. Le vieux et riche Cassandre insiste : « Mais qu’allons-nous devenir ? Qui est-ce qui nous volera, nous bernera, nous secouera et nous divertira désormais ?… ».

Créations de 1996
La Plage – Émilie Valantin
Pour être heureux à la plage, faites comme les autres.

Une énigme – Panteleïmon Romanov
« Faudrait aller les séparer, non ? »
– Ils se débrouilleront, qu’est-ce qu’on a à y faire nous … ? »

L’Enfant de l’ivrogne ou le petit justicier – Cami
La scène représente un pauvre logis. Premier acte : « pauvre mère ! pauvre enfant ! », deuxième acte : « une brute », troisième acte : une idée d’enfant…

La Patience – Paul Fournel
« Plus tard, je m’habillerai comme je voudrai… », dit la petite fille en regardant sa grand-mère rouge et essoufflée.

Pourquoi tu pleures ? – Vassilis Alexakis
Une mère se rend au jardin public avec son petit garçon.

Le Bon Saint Martin – d’après André Frédérique
(Chanté à la manière d’un oratorio baroque) Saint Martin, pris entre les conseils d’un ange et d’un diable, donnera-t-il un morceau de son manteau au pauvre qui tend la main ?

Désappointement – d’après Ambrose Bierce
(Conte fantastique) Expérience douloureuse d’un chien qui joue à attraper sa queue.

La Complainte des fauchés – Émilie Valantin et Serge Besset
(Chanté) Duo pour deux comiques : premier comique « à découvert » au Crédit Lyonnais (ou autre banque), deuxième comique « à découvert » au Crédit Agricole (ou autre banque).

Pierre Aymé Bernard – Émilie Valantin
Que devient Pierre Aymé Bernard, une fois dépouillé de son riche manteau, de ses bottes et de son sac de voyage ?

Prologue de la parodie de Roméo et Juliette – Pierre Rousset
Gnafron au directeur de théâtre : « Vous êtes ben en retard ! L’Opéra, de nos jours, ça se chante pas, ça se rigole ! »

Extrait de Guignol et Madame Putiphar – Pierre Rousset
Parodie à la lyonnaise de Joseph vendu par ses frères. Guignol insensible aux avances de Madame Putiphar.

La Servante justifiée – Jean de La Fontaine
« Un homme donc avait belle servante, il la rendit au jeu d’amour savante. »

L’Ermite– Jean de La Fontaine
« Un jeune ermite était tenu pour saint, On lui gardait place dans la légende. »

Histoire de l’homme mauvais – Baltazar Gracian
Extrait du Criticon

De ce qui arriva à un Homme qui se fit Ami et Vassal du Diable – Don Juan Manuel
Extrait du Comte Lucanor (13e siècle)

Faust recrute un esprit malin – Lessing
Faust examine la candidature de sept démons afin de sélectionner le plus actif et alerte des suppôts de l’enfer.

Castelets en jardins / Castelets d’hiver


Présentation

Date de création : 1995

Dates : Créé en 1995 - fin de tournée : 2011.

Période : 20e siècle - 4e quart, 21e siècle - 1er quart

Type : spectacle

Localisation : France

Type(s) de marionnette(s) utilisé(s) : marionnette à gaine lyonnaise

Mots clefs : jardin public, marionnette à gaine, répertoire

Exploitation

Organisateur : Théâtre du Fust ; Compagnie Émilie Valantin (anciennement Théâtre du Fust)

Fabrication : Maire, Jean-Luc [lieu scénique] ; Valantin, Émilie [marionnettes] ; Richard, Gilles [marionnettes]

Mise en scène : Valantin, Émilie

Musique : Besset, Serge

Interprètes : En 1995 : Valantin, Émilie ; Sclavis, Jean ; Bourdat, Jacques ; Skalka, Jean-Pierre ; Bertotto, Odile ; Lumet, Anne-Claude ; Chiron, Christian [clarinette] ; Herpin, Yannick [clarinette basse et clarinette]. - De 1996 à 2011 : Valantin, Émilie ; Sclavis, Jean ; Bourdat, Jacques ; et tour à tour Skalka, Jean-Pierre ; Saphores, Pierre ; Sérafini, Franck Adrien ; Chiron, Christian [clarinette] ; Herpin, Yannick ; ou Breuque, Didier [clarinette basse et clarinette]

Public : tout public à partir de sept ans

Langue : français [texte] ; anglais [version tournée à l'étranger] ; espagnol [version tournée à l'étranger]

Voir aussi (identités) : Émilie VALANTIN, Compagnie Émilie Valantin (anciennement Théâtre du Fust), Nicolas VALANTIN

Références

Référence notice : Castelets en jardins (Théâtre du Fust)

Auteur de la notice : Lecucq, Evelyne

Mise à jour : 14/09/2015


Signalez une erreur ou proposez un complément d'information.