Pourquoi le PAM ?

Marionnettes, théâtres d’ombres, de arteapier, théâtres d’objets… Universels ou presque, multiples et métissés, exigeants et inventifs, profondément reliés aux questionnements de l’homme sur sa condition, en ce début de 21e siècle les arts de la marionnette sont encore bien vivants et ne cessent de se renouveler. C’est leur histoire ancienne et leur actualité foisonnante que le Portail des Arts de la Marionnette propose d’explorer.

Le projet « Portail des Arts de la Marionnette »

Affiche de Jacques Chesnais
Affiche de Jacques Chesnais, 1942 © Jacques Chesnais / musée des marionnettes du monde – Gadagne musées.

Dans l’élan de la dynamique initiée par les Saisons de la Marionnette (2007-2010), huit institutions françaises ont répondu en 2008 à l’appel à projet lancé par le ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre du plan national de numérisation du patrimoine et de la création.

C’est ainsi qu’a démarré, début 2009, le chantier du « Portail des Arts de la Marionnette ».

Autour de l’Institut International de la Marionnette, désigné porteur de projet, le PAM rassemble aujourd’hui vingt-sept partenaires organisés en réseaux régionaux, dont les fonds reflètent les pratiques et arts de la marionnette, les théâtres d’objets, théâtres d’ombres, théâtres de papier et arts associés, tant dans leur dimension patrimoniale que sur le plan de la création contemporaine.

L’occasion était belle, et le besoin pressant d’avoir enfin sur internet une vitrine pour présenter la richesse et la diversité des arts de la marionnette au grand public : un portail en libre accès, espace virtuel unique ouvrant sur une réalité et sur des lieux multiples. On peut ainsi découvrir sur le PAM aussi bien des collections de musées et des fonds d’archives ou de bibliothèques, que des programmations de théâtres et de festivals, des spectacles des compagnies à différentes étapes de leur réalisation, des publications associatives…

Choisir les documents, les objets, gérer les droits d’auteur, classer, inventorier, nettoyer et « bichonner », prendre en photo les objets et numériser les documents, rédiger les notices, ce vaste chantier a mobilisé toutes les énergies et toutes les compétences. Rien n’aurait été possible sans l’investissement, la motivation de tous les partenaires, et leur désir d’aller au devant du public pour lui faire découvrir des arts et des pratiques encore trop méconnus.

A l’engagement quantitatif auprès du ministère (mettre à disposition du public plusieurs dizaines de milliers de documents), les partenaires du portail ont ajouté une exigence qualitative : pour mieux découvrir les arts de la marionnette, il faut un accompagnement pédagogique fort, un riche contenu éditorial qui implique en amont un long travail de concertation scientifique et professionnelle. Au fil du temps, lexique, dossiers thématiques, fiches biographiques et notices sur les spectacles permettront de remettre tous ces documents dans leur contexte.

La Petite Odyssée
La Petite Odyssée, mise en scène Grégoire Callies © Théâtre Jeune Public de Strasbourg.

Au sein de la profession, les premiers fruits du travail fourni autour du PAM et de sa base de données sont déjà perceptibles. Un énorme chantier d’inventaire et de collecte a été mis en œuvre : inventaire des collections, des spectacles, des personnes, de la terminologie employée par les différentes professions concernées par la marionnette. Le PAM est également l’occasion de relever un défi intellectuel et humain, puisqu’il s’agit de faire entrer en dialogue des perceptions très différentes des arts de la marionnette : pour les uns, le cœur des arts de la marionnette réside avant tout dans l’objet à restaurer, à conserver, à exposer ; pour les autres, l’objet-marionnette n’est que l’instrument d’une pratique particulière de l’art de l’acteur ; pour d’autres enfin, la marionnette est comprise comme un phénomène social et culturel davantage qu’artistique, et réclame une approche ethnologique et anthropologique.

Pour tous, il s’agit d’établir des passerelles et des échos entre nos arts, nos pratiques, nos lieux, nos publics. D’exciter la curiosité.

Et parce que l’histoire et la réalité contemporaine des arts de la marionnette n’ont de sens qu’envisagées dans leur contexte international, demain, le PAM s’ouvrira à de nouveaux partenaires français et européens, dans une interface qui deviendra progressivement bilingue français / anglais.